Lors d’une récente vadrouille en imaginaire, j’y ai rencontré un éleveur de dragons.
On ne se comprend pas encore très bien, mais les dessins servent de liant et ils me laissent aller et venir, en échange de quelques portraits.

Là, je suis restée très en arrière, épatée par l’approche légère de l’apprenti – un gosse encore – vers la bête fumante.
« Tu n’avais pas peur ? » lui ai-je demandé, après.
« Si, un peu. » m’a t-il répondu. « Mais tant qu’il fume blanc, il n’y a pas de danger. »

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez